Deprecated: strtolower(): Passing null to parameter #1 ($string) of type string is deprecated in /home/rprevcomxs/www/vzg/wp-content/plugins/wordpress-seo/src/generators/schema-generator.php on line 186
Retour

Conférence : « Chroniques de Billancourt » – Dimanche 19 mars 2017 à 17h

Dimanche 19 mars 2017

En écho au centenaire de la révolution russe de 1917 et à l’exposition « Memento Mori » de Natacha NIKOULINE, le dimanche 19 mars à 17h, la VOZ’Galerie a la joie d’accueillir la Compagnie du Pil pour une lecture musicale de nouvelles extraites des « Chroniques de Billancourt » de l’auteure Nina Berberova (1901-1993). Ceci en mémoire de la période où Billancourt était une zone industrielle animée par l’arrivée de travailleurs venus de l’Est, et de Russie notamment.

La lecture d’un extrait de l’oeuvre de Mikhaïl Bakhrouchine, ancêtre de Natacha Nikouline, « L’apocalypse en chantant » viendra introduire la représentation.

Un bel événement littéraire et musical en perspective ! Réservez votre place !

La Compagnie du Pil est une compagnie théâtrale créée en 1994 par Carole Bourdon. Centrée autour de l’acteur et du texte, ouverte au partage et à la rencontre des publics, elle dirige des ateliers-théâtre et monte des spectacles. Installée à Boulogne, la création d’une lecture autour de l’oeuvre de Nina Berberova et de ses « Chroniques de Billancourt » aux éditions Actes Sud (où l’écrivaine a vécu dans les années 20, 30 et 40) est apparue comme une évidence.

 

Nina BERBEROVA et Billankoursk


En 1925, Nina Berberova découvre Billancourt, sa colonie russe et ses usines Renault où dix mille de ses compatriotes en exil travaillent. C’est la vie quotidienne de ce petit peuple de déracinés qu’elle décrit dans ces Chroniques publiées entre 1928 et 1934.

Tout commence dans les années vingt à Billancourt. Nina Berberova, elle-même exilée et arrivée de fraîche date à Paris, rencontre le petit peuple russe de l’immigration, aggloméré autour des usines Renault. Et, en même temps, avec ces personnages pathétiques ou dérisoires, dépaysés par l’exil, elle découvre les thèmes que paraissait attendre son tempérament de narratrice. Elle entreprend aussitôt de composer ces récits qui seront les premiers à être traduits du russe.

Avec cette œuvre, où s’affirme d’entrée de jeu le talent qui, soixante ans plus tard, allait être enfin découvert et aussitôt consacré par le succès de l’Accompagnatrice, on comprend pourquoi les critiques du monde entier en viendraient, à partir de 1985, à situer Nina Berberova dans la lignée de Tchekhov et de Tourgueniev. L’acuité du regard, l’ellipse du temps, la saveur du trait, la drôlerie de la situation, l’allusion tragique et l’économie narrative font, en effet, de chacune des Chroniques de Billancourt un petit chef-d’oeuvre dans cette tradition-là.

 

« L’apocalypse en chantant » de Mikhaïl BAKHROUCHINE


Parvenu à Londres, après maintes péripéties et autant de voyages, Mikhaïl Dimitrievitch Bakhrouchine se remémore son incroyable histoire. En novembre 1920, près de 135 000 Russes fuient leur pays, entassés à bord de naviresvogu ant de Sébastopol vers Constantinople. Après trois ans de guerre civile, les bolcheviques ont finalement mis en déroute leurs adversaires. Dans cette vague migratoire, nombre de Russes échappent à la mort, perdent tout contact avec leur famille et n’ont que peu d’idées de ce qu’ils deviendront. Issu d’une grande famille d’industriels moscovites, «
Micha » est l’un de ces exilés. Il retrace dans ses mémoires sa jeunesse dorée, sa participation à la première guerre mondiale et à la guerre civile russe, ainsi que sa vie de réfugié puis d’émigré à Constantinople. Armé d’un caractère bien trempé, optimiste de nature, c’est un incroyable débrouillard. Ce récit marqué d’humour et de tendresse emmène le lecteur des confins de la Sibérie Orientale jusqu’en France, de Moscou à Constantinople, et donne un aperçu de « l’âme russe » au travers de personnages hauts en couleurs et d’anecdotes romanesques.

Traduit et adapté à partir de notes autobiographiques par Alexis et Alexandre Nikouline.

« L’apocalypse en chantant », Mikhaïl Bakhrouchine, Éditions Vérone, 268 pages, broché, 2017, 19,50€

 

© « Chroniques de Billancourt », La Compagnie du Pil

 

Infos pratiques


Lectures musicales « Chroniques de Billancourt »
par La Compagnie du Pil

Dimanche 19 mars 2017 à 17h

17h : Accueil autour d’un verre
17h30-19h : Table ronde et groupe de réflexion
19h : Échanges autour d’un cocktail dînatoire

Participation aux frais : 10 euros // Nombre de place limité à 20
>> Réservez votre place

Gratuit pour les membres de CARRÉ SUR SEINE // Réservation obligatoire par mail : contact@carresurseine.com // Adhérer à CARRÉ SUR SEINE

Lieu de la conférence :
VOZ’Galerie //41 rue de l’Est – 92100 Boulogne-Billancourt // 01 41 31 40 55 // contact@vozimage.com
Métro : Jean Jaurès (ligne 10) // Bus 52 : arrêt rue Pasteur // Bus 72 : arrêt Victor Hugo //Station vélib : 55 boulevard Jean Jaurès